JE RESILIE, TU RESILIES, IL RESILIE...

Publié le par Mirélie

 

Je résilie, tu résilies, il résilie, nous résilions, vous résiliez, ils ou elles résilient….

Ca veut dire quoi ça ? Je, tu, il ou elle résilie quoi ? Leur contrat, leur engagement, leur bail, ou bien tout simplement …. Leur passé ?

C’est bien ça, vous avez trouvé, Madame ou Monsieur, il ou elle, je ou tu, résilie son passé.

Mais à quoi cela sert-il donc de résilier son passé, bon sang ? On a besoin de lui pour ne pas se perdre, pour ne pas devenir personne et surtout pour ne pas sombrer dans Alzheimer.

Bien sûr, c’est évident, on a bigrement besoin de son passé, mais, voyez-vous, parfois le passé a été tellement lourd et terrible qu’on préfèrait encore ne pas en avoir du tout. L’oublier, pfitt, foutu en l’air le passé, viré de son histoire. Quitte à choisir, certains préfèreraient adopter le passé d’un poisson volant ou bien celui d’un escargot.

Seulement, et malheureusement, on s’est aperçu qu’on ne parvenait jamais à effacer son passé. Indélébile qu’il est celui-ci. Plus collant que la glue et plus agrippant que le velcros, pas moyen de l’envoyer bouler ou de lui faire traverser les océans pour l’expédier au bout du monde. Pas moyen, je vous dis. Il s’incruste, il ronge et il détruit.

Alors, face à l’énormité du problème, y un mec, un peu plus futé que les autres qui a eu une idée de génie.

Monsieur. C., pour ne pas le citer, a dit, écrit et redit : « Faut pas essayer de virer son passé de sa vie, faut pas essayer de l’oublier ou encore de faire comme s’il n’avait jamais existé, non, il faut le garder bien au chaud, bien intact, seulement, il faut s’appuyer dessus pour continuer à avancer ». Monsieur C. a dit « Vous allez faire de la résilience ».

Y en a qui ont crié « C’est quoi ce truc ? ». « Comment va-t-on faire pour avancer dans la vie si on garde de si terribles souvenirs de drames passés ? ». « On ne va jamais pouvoir s’en sortir. » « C’est trop lourd » « Un si terrible fardeau ».

Alors, Monsieur C. a décidé de procéder autrement de tous les autres spécialistes en la matière, c'est-à-dire les psychiatres. Au lieu de se mettre à étudier les personnes malades, il s’est mis à étudier les personnes qui s’en étaient bien sorties. Il a poursuivi ses études sur des personnes en bonne santé, celles qui avaient développé la résilience avec succès.

Il y a quelques années, j’ai lu un bouquin de Monsieur C. que j’ai adoré. Je me suis dit « C’est fantastique si l’on peut ainsi parvenir à s’en sortir dans la vie quand on a vécu un drame comme l’ont vécu des milliers de juifs, par ex. » Puis, j’ai un peu oublié tout ça.

Jusqu’à aujourd’hui, parce qu’aujourd’hui, je me suis aperçue que, moi aussi, j’étais en train de devenir résiliente à mon insu. Plus de vingt-ans de vie dramatique, ça use, ça déprime, et pourtant, voilà que maintenant, la remontée est amorcée et que le sommet de la côte approche.

Monsieur C. a étudié certains résilients ; il n’a pas évoqué une personnalité comme Primo Lev i ou encore Stefan Zweig qui ne sont certainement pas allés jusqu’au bout de leur résilience, ou même ne l’ont jamais amorcé.

Aujourd’hui, je préfère croire que je fais partie des premiers et pas des seconds. Je sens tellement le bonheur à portée de main.

Poser ses pieds sur les lourdes marches du malheur pour s’élever vers les sphères éthérées du bonheur.

 

Michèle Durand

29 Septembre 2011

Publié dans Texte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> <br /> <br /> <br /> gros bisous tendres, les premiers de 2013<br /> <br /> <br /> force amour et joie pour l'an neuf<br /> <br /> <br /> on peut te suivre sur un autre blog peut-être?<br />
Répondre
E
<br /> J'espère que tu vas bien.<br />
Répondre
E
<br /> J'espère que tu vas bien.<br />
Répondre
E
<br /> J'espère que tu reviendras en 2012.<br />
Répondre
M
<br />  <br /> <br /> <br /> en même temps, ya pas trop de choix... c'est résilience ou bien quoi? je veux dire en toute<br /> autonomie?... héhé, c'était quand même une riche idée que de très logiquement regarder comment ça marche ailleurs... parce qu'évidemment quand ça marche pas pour soi, c'est qu'on a juste un peu<br /> oublié de regarder comme les autres faisaient... b.a. ba de l'évolution...<br /> <br /> <br /> gros bisous festifs te dépose en plein préparatifs avant que de m'éloigner quelque peu de la blogosphère<br /> :o)<br /> <br /> <br /> précieux et chaleureux instants te souhaite auprès de ceux et celles qui te sont chers pour un noël lumineux! <br /> <br /> <br /> ♥joyeusement, avec gourmandise et pétillance♥<br />
Répondre